« Le Groupe Polylogis doit continuer à se réinventer » – Entretien avec Karine JULIEN-ELKAIM

9/12/20200 commentaires

 « Le Groupe Polylogis doit continuer à se réinventer »

 

Karine JULIEN-ELKAIM est la nouvelle Présidente du COMEX du Groupe Polylogis et Présidente du directoire de LogiRep. A l’occasion d’un entretien accordé à RHF, elle revient sur la vision qu’elle souhaite incarner et les projets à mettre en œuvre.

Rentrée dans le Groupe Polylogis en 2015, elle a occupé successivement les fonctions de DAF et Secrétaire générale du Groupe, dirigeant les équipes financières, ressources humaines, juridiques, organisation, audit et risques, puis Directrice générale adjointe et membre du Directoire de LogiRep depuis 2017. Elle est également en charge de la coordination générale du projet stratégique de transformation du Groupe – Vision 2022 – lancé en 2018.

Agée de 46 ans, elle est diplômée de l’ICS Bégué, de l’ESSEC, et titulaire du Diplôme d’Expertise Comptable.

  1. Vous êtes la nouvelle Présidente du COMEX du Groupe Polylogis. Pouvez-vous très brièvement, présenter votre vision d’avenir en ce qui concerne le développement du Groupe Polylogis ?

Le Groupe Polylogis doit continuer à se réinventer, en capitalisant sur ses atouts et en relevant de nouveaux défis pour la plupart inscrits dans notre projet « Vision 2022 » : Performance, Client, RSE, Innovation et Digital.  

Au-delà de notre indépendance et performance économique, nous voulons être reconnus comme un acteur utile à nos clients, à la société et au monde dans lequel nous intervenons, engagé dans le développement durable et un employeur attractif, humain, innovant et responsable.

Dans une stratégie de croissance externe, Vision 2022 a permis de fédérer les sociétés du Groupe en leur fixant un cap commun, tout en respectant leur autonomie et la diversité de cultures. Le pari ambitieux de faire du Groupe davantage que la somme des sociétés qui le composent est atteint.

Cette transformation se matérialise maintenant par une modification progressive mais profonde de notre modèle économique. Nos métiers sont appelés à se reconcevoir. Fini les silos, place à l’expérience client. Le développement de nouvelles activités/services dans une offre globale et diversifiée nous permettra notamment de mieux satisfaire les nouvelles attentes de nos clients (particulier, collectivité et client interne). Le Groupe a amorcé, par ailleurs, une transformation profonde de sa fonction digitale dans l’objectif de mieux exploiter les opportunités disruptives offertes par les avancées du numérique. A l’aune des révolutions technologiques, sociétales et environnementales, la force de Polylogis résidera dans le développement de l’intelligence collective de ses collaborateurs.

  1. LogiRep, en tant que membre fondateur du Réseau Habitat et Francophonie en 1987, a souvent affiché sa volonté d’ouverture, de rayonnement international, de partage d’expertise et de savoir-faire à l’échelle mondiale. En cette période de crise sanitaire, quelle place pour la coopération internationale et l’échange entre professionnels de l’habitat ?  

LogiRep est partenaire depuis longtemps de nombreux projets européens sur le terrain de l’innovation. Le Groupe collabore avec des centres de recherche français et européens spécialisés dans les économies d’énergie, les nouvelles technologies de construction, la recherche de nouveaux matériaux plus performants, moins chers et recyclables. En tant que membre de EFL (European Federation for Living), réseau européen d’associations de logement, d’entreprises et d’experts de 19 pays, le Groupe a toujours participé dans des projets visant à fournir des espaces de vie et de travail diversifiés pour différents groupes cibles et niveaux de revenus, à créer des quartiers plus durables, à rénover et moderniser le parc de logements existant pour le rendre plus économe en énergie et plus respectueux de l’environnement. Aujourd’hui, LogiRep poursuit son engagement européen à travers deux nouveaux projets : INCREASE et BIM4REN. Le projet franco-britannique INCREASE, lancé en 2017, soutient le développement de l’emploi grâce à un programme de formation individualisé destiné aux résidents de logements sociaux au chômage ou habitant l’un des 38 quartiers prioritaires ciblés. Ce projet a formé 4 900 personnes, permis la création de 1 200 nouvelles entreprises et contribué à l’intégration de 2 000 personnes sur le marché du travail dans les régions Hauts-de-France, Normandie et Bretagne.

Le projet 2020 BIM4REN, réunissant 23 partenaires à travers l’Europe, répond aux problématiques numériques en proposant un environnement simplifié dédié à la rénovation énergétique des bâtiments résidentiels. Il s’agit du développement numérique le plus important aujourd’hui dans le secteur du bâtiment.

  1. A l’ère de la Covid-19, la maison s’impose désormais comme valeur-refuge et cette crise sanitaire nous révèle avant tout, l’urgence de repenser de nouvelles manières d’habiter. Comment mieux répondre à cette nouvelle urgence ?

Nouvelles manières d’habiter, de communiquer, d’être ! La crise a accéléré le besoin de transformation des logements et des bureaux. Il va falloir apprendre à vivre et à travailler autrement. Ces transformations – sur fond de fortes attentes des clients externes et internes et de ruptures technologiques majeures – incitent les organisations du logement social à réinventer leur modèle de business pour répondre à trois enjeux majeurs : Quels services en partant des usages et de l’expérience client ? Quelles nouvelles façons de proposer les produits et services ? Quels nouveaux modes d’organisation du travail – télétravail, co-working (un actif sur 5) – vont modifier l’équilibre et la qualité de vie privée/vie professionnelle ? Nous réfléchissons à une offre basée sur la personnalisation de nos produits/services et adaptée aux nouveaux styles de vie et aux nouvelles aspirations de nos clients. 

Vous devriez également aimer :

Vers une politique du logement abordable au Liban 

Vers une politique du logement abordable au Liban 

Paris Habitat et Jean-Pierre Schaefer, expert du financement du logement social, tous deux membres de notre réseau, sont engagés dans une démarche de coopération avec l’Ordre des Ingénieurs et Architectes de Beyrouth et l’Etablissement Public du Liban. Celle-ci vise à...

Les enjeux prioritaires du logement social au Québec

Les enjeux prioritaires du logement social au Québec

Dominique Godbout, vice-présidente de RHF, a été élue par ses pairs le 7 octobre dernier, présidente du Regroupement des offices d’habitation du Québec (ROHQ). Le ROHQ est un organisme sans but lucratif fondé en 1972. Il représente 180 offices d’habitation établis sur...

Synthèse du séminaire du 5 novembre 2020

Synthèse du séminaire du 5 novembre 2020

SYNTHÈSE DES DISCUSSIONS « COVID-19 QUELS IMPACTS, QUELLES RÉPONSES ET QUELLES INNOVATIONS ? »  Séminaire international du 5 novembre 2020 organisé par le Réseau Habitat et Francophonie Rapporteurs : Michel Max Raynaud (Université de Montréal, Montréal, Canada) et...

Journée mondiale de l’habitat, RHF formule 10 recommandations fortes

Journée mondiale de l’habitat, RHF formule 10 recommandations fortes

La crise de la COVID-19 a mis en lumière la crise mondiale du logement.  Aujourd’hui encore, ce sont près de 1,8 milliard d’individus soit plus de 20 % de la population qui vivent dans des logements indignes.  Aujourd’hui encore, le nombre d’individus vivant dans des...

Covid-19 et financement du logement en Afrique

Covid-19 et financement du logement en Afrique

En période de Covid-19, quel financement pour le logement social en Afrique ? Alors que le financement du logement social en Afrique est déjà fragilisé par l’incapacité des États à mobiliser les fonds nécessaires et à la frilosité du marché financier à participer au...

Pin It on Pinterest